Sur le plan psychologique, la pratique d’activités physiques et sportives peut contribuer à l’élaboration d’une bonne image de soi et ainsi améliorer l’estime de soi, de même que la confiance en soi pour les personnes avec autisme.

Les activités sportives peuvent également contribuer au développement de l’autonomie et de l’indépendance.

Le fait d’être inactif ou partiellement actif a un impact délétère sur la santé psychologique des personnes de plus de 15 ans, ainsi qu’une diminution de l’énergie et une faible estime de soi. Selon l’OFS (Office Fédéral de la Statistique Suisse).

La diminution de l’anxiété, l’évacuation du stress favorise un bien être moral ainsi que la sensation de mieux maitriser son corps. Voir notre article sur l’anxiété ici

La pratique régulière d’activités physiques réduit les comportements d’autostimulation, l’hyperactivité et les comportements agressifs (Kern et coll., 1982). L’augmentation des niveaux d’exercices entraîne une diminution importante des comportements stéréotypiques et déviants (Bachman & Fuqua, 1983) ainsi qu’une diminution de l’inattention (Watters & Watters).

* Le fait d’être inactif ou partiellement actif a un impact délétère sur la santé psychologique des personnes de plus de 15 ans, ainsi qu’une diminution de l’énergie et une faible estime de soi. Selon l’OFS (Office Fédéral de la Statistique Suisse)*